Pétia Iourtchenko, Johanna Boyé, rencontre entre tradition et modernité. De cette rencontre étincelante surgit un univers qui réinvente et revisite les idées reçues sur ce peuple nomade. C’est au travers d’une dizaine de tableaux que nous vivons un voyage initiatique et poétique entre danse et théâtre, entre liberté et fascination; des rencontres de femmes fières, impudentes, lascives et passionnées qui nous évoquent Carmen ou encore Esmeralda, et d’hommes bagarreurs, jaloux et possessifs ; un voyage rythmé par le son des chaussures les volants des jupes virevoltantes et la voix chaude et enivrante de la chanteuse Lilia Roos-Dalskaïa accompagnée de ses musiciens.

 

 

« Un florilège d’esthétique et de perfection dans une énergie incroyable. » VAUCLUSE MATIN

« Stupéfiante farandole de sentiments et de vibrations où se mêlent la liberté volage, la fierté combative et la violence féline. L’ensemble est fait de grâces et de splendeurs.» SPECTATIF.COM

« Le chorégraphe Pétia Iourtchenko nous ouvre les portes de son peuple (...) de sublimes danseurs qui, de leurs semelles frappant le sol, sont musique. » La Provence

« Un florilège d’esthétique et de perfection dans une énergie incroyable. »  Vaucluse Matin

« Ici la danse devient moyen d’expression, devient nécessité, devient vie pure et simple (...) ils sont beaux à regarder lorsqu’ils nous éblouissent par leurs pas incroyablement rythmés. » Mordue-de-théâtre.com

« Tzigane ! au final d’une splendeur éblouissante est une féerie visuelle et sonore qui tient toutes ses promesses et transmet l’âme d’un peuple haut en couleurs. » froggydelight.com