MOUVEMENT(S)

Expositions, conférence, rencontres avec artistes, ateliers, concert.

L’action de la lumière qui se fige sur une surface sensible et dévoile ainsi une image. C’est ici que réside toute la magie de la photographie. Elle saisit l’instant fugace, suspend le temps et nous invite à poser le regard sur le mouvement figé de la vie. Il y a plus d’un siècle, Etienne-Jules Marey décomposait le mouvement, contribuant largement à la création du cinéma et de la photographie de mouvement. Ces corps dans l’espace qui se déplacent, évoluent remplaçant les vides par les pleins.

Et puis, l’histoire de la photographie évolue. Les outils se transforment, les artistes continuent d’explorer le corps et leurs mécanismes. La danse, le sport, par exemple, sont autant de cadres qui permettent d’explorer l’endurance, l’effort et les échanges.

Au-delà, d’une simple curiosité de l’image, le mouvement nous permet de parler des hommes et de leur savoir-faire. Des gestes d’artistes et d’artisans qui, au fil de leur reproduction permettent au monde de se dresser et de se construire à sa juste échelle.

Le monde est, lui aussi, en mouvement. Les changements climatiques, économiques, politiques, sociaux opèrent chaque jour poussant nos corps dans de nouvelles trajectoires. Les photographes-reporters s’attachent à capter les soulèvements, les migrations, les effondrements; tous ces mouvements témoignant d’un monde en perpétuelle mutation. Ici, les individus ne sont plus seuls, ils font corps et deviennent foule.

La récente crise sanitaire a stoppé le rythme effréné de nos vies, nous imposant d’immobiliser nos corps, nos projets comme sur une photographie. Les idées, les pensées elles continuent de fuser. Quels mouvements reprendrons-nous après ?

Cette 6e édition du festival photo nous invite à poser notre regard sur tous ces mouvements qui nous rendent si vivants.